Sable de fonderie

29,9589,95

Sable rouge de fonderie + un sachet de talc industriel, en sac plastique

Effacer
Catégorie :

Description

Sable rouge de fonderie + un sachet de talc industriel

 

Ce sable de fonderie, prêt à l’emploi, comprenant différents additifs spécifiques, permet de réaliser facilement des copies de pièces existantes. Utilisable avec les alliages d’étain, les matériaux cuivreux (laiton, bronze), l’aluminium… De granularité fine, ce sable autorise des copies fidèles et précises. Ce sable est réutilisable, seules les zones en contact direct avec le métal, et qui “brûlent” lors de la fonte, sont à éliminer.

Le sable est vendu avec une petite quantité de talc industriel, poudre anti adhérente indispensable pour éviter que les modèles ne collent au sable lors de la prise d’empreinte.

Mode d’emploi

Le châssis doit être rigide et assez solide pour supporter le sable tassé. Ici, nous employons deux bouts de tube aluminium (la photo n’en représente qu’un). L’intérieur du tube a été dépoli, afin que le sable “adhère” suffisamment à ses parois. Un châssis de plus grandes dimensions devra posséder un fond.

On remplit le châssis inférieur de sable.

Le sable est tassé modérément, à la main.

On rajoute du sable jusqu’à ce qu’il déborde du châssis.

Le sable est arasé à l’aide d’une règle, d’une spatule ou encore, comme ici, d’un simple couteau.

On rajoute du talc, domestique ou industriel, qui permettra de séparer les deux châssis après prise complète de l’empreinte.

Le talc est réparti délicatement à l’aide d’un pinceau large (type brosse de maquillage), ou simplement soufflé.

Une grosse médaille finement gravée servira de modèle.

Le modèle est pressé dans le sable jusqu’à mi-hauteur environ. Ne pas l’enfoncer dans le sable sous risque d’empêcher la prise d’empreinte de sa face supérieure. Opérer précisément afin d’obtenir une empreinte nette.

Le modèle est laissé dans le sable.

Le châssis supérieur est positionné sur le châssis inférieur. Ici, la position respective des deux parties est repérée par un simple trait.

On remplit de sable le châssis supérieur. Le sable est fortement tassé.

Les deux parties du châssis sont séparées. Grâce au talc, les deux blocs de sable n’adhèrent pas l’un à l’autre. Le modèle, ici une pièce gravée, est enlevé. A sa place subsiste une empreinte en creux.

Une lumière rasante fait ressortir la finesse de l’empreinte.

C’est la phase la plus délicate du procédé. Il faut percer un trou de coulée, qui permettra au métal en fusion d’atteindre l’empreinte. Ici, le trou de coulée aboutit à la partie centrale et arrière de la pièce, qui est plate et sans détail.

Du côté extérieur du châssis, on forme un cône de coulée, qui servira d’entonnoir et augmentera  la pression de moulage par son propre poids.

Afin de garantir une bonne répartition du métal, il faut également prévoir des évents, sortes de cheminées permettant l’évacuation de l’air. Une fois tassé, le sable est étanche. Sans évents, impossible de couler le métal dans l’empreinte.

Ici, quatre évents sont réalisés sur le pourtour de l’empreinte.

Le moule est prêt pour la coulée du métal

La pièce est copiée avec tous ses détails. Le trou de coulée et les évents ont rempli leur office…

Informations complémentaires

Poids 5 kg
Dimensions 30 x 15 x 10 cm
Quantité

4,5kg, 9kg, 18kg



Sélection de produits